C.A.P.

12 mai 2018

Le CAP (certification d’aptitude professionnelle) prépare à un métier dans environ 200 spécialités. Accessible dès la sortie du collège, il dispense un premier niveau de qualification professionnelle (niveau V). Le diplôme se prépare en 2 ans après la classe de 3e, soit en lycée professionnel, soit en CFA (centre de formation d'apprentis).

Cas particuliers : Le CAP peut se préparer en 1 an après un premier CAP ou, plus rarement, en 3 ans en cas de difficultés.

Le lycée Claude-Nicolas LEDOUX dispense cinq formations différentes (voir ci-dessous).

La formation comporte :

  • des enseignements généraux (français, mathématiques-sciences, histoire-géographie, langue vivante étrangère, EPS...) qui couvrent presque la moitié de l'emploi du temps hebdomadaire. Certains sont appliqués à des activités professionnelles, par exemple la biologie appliquée à la coiffure, les sciences physiques dans le domaine de l’électricité, ou plus généralement des cours de prévention, santé et environnement.
  • des enseignements technologiques et professionnels représentant un peu plus de la moitié de l'emploi du temps. Ils se déroulent sous forme de cours, de TP (travaux pratiques) et de travaux en atelier, en intérieur ou en extérieur, en fonction de la spécialité choisie.
  • des périodes de formation en milieu professionnel de 12 à 16 semaines de stages selon les spécialités, réparties sur les 2 ans.
Enseignements Horaires hebdomadaire
Français, Histoire-Géographie, EMC 4h
Maths, Sciences 4h
LV - Anglais 2h
Arts appliqués et culture artistique 2h
EPS 2h30
Prévention, santé, environnement (PSE) 1h
Enseignement Technologique et Professionnel 18h
Aide Individualisée (AI) 1h

Avec environ 200 spécialités, le CAP (certificat d'aptitude professionnelle) répond aux besoins de main d'œuvre qualifiée des entreprises. Près des 2/3 des titulaires du diplôme choisissent d’entrer directement dans la vie active.

L'insertion dans la vie active est une suite logique après un CAP. 1/3 des élèves souhaitent toutefois poursuivre leurs études. 23,5 % d'entre eux entrent en 1re professionnelle pour préparer un bac pro.

En bac professionnel

Durée : en 2 ans, dans un domaine proche de son CAP.

Objectif : viser une meilleure insertion professionnelle en ayant plus de savoir-faire dans un champ professionnel ou une filière.

S'inscrire : en lycée professionnel, admission en 1re professionnel sur dossier. L'inscription n'est définitive qu'en cas de réussite à l'examen du CAP. Pour l'apprentissage, trouver une entreprise et s'inscrire en CFA (centre de formation des apprentis).

Et après : entrée dans la vie professionnelle surtout, ou poursuite d'études vers un BTS(brevet de technicien supérieur) avec un très bon dossier scolaire. Entrée "de droit" dans un BTS du même domaine avec une mention "Bien" ou "Très bien" au bac. Ou encore possibilité d'intégrer une classe de mise à niveau (MAN). Préparation d'autres diplômes : certificat de spécialisation ; diplôme de technicien ; diplôme d'état, FCIL (formation complémentaire d'initiative locale)...

Dans un autre CAP

Durée : en 1 an après un CAP, de préférence dans un domaine proche. Le fait de posséder déjà un CAP dispense des matières générales, ce qui permet de se concentrer sur les enseignements professionnels.

Objectif : ajouter une corde à son arc, enrichir la pratique de son métier.

S'inscrire : pour une formation en lycée professionnel, contacter l'établissement. Pour l'apprentissage, trouver une entreprise et s'inscrire en CFA (centre de formation d'apprentis).

Et après : entrée dans la vie professionnelle ou poursuite d'études.

Le titulaire de ce diplôme exerce son activité au sein d'une entreprise de menuiserie ou d'agencement.

Il fabrique les pièces d'adaptation et d'ajustement des menuiseries (portes, fenêtres, volets, placards, escaliers…) et du mobilier, et les installe. Il réalise également des travaux d'isolation et d'étanchéité en atelier, pour la découpe et l'assemblage des ouvrages, ou sur chantier, pour leur mise en place.

Il connaît les différents matériaux (bois, matériaux dérivés, matériaux associés comme l'aluminium, les mousses…), les principales techniques d'usinage du bois et les étapes de fabrication. Sur le chantier, il sait adapter la pose aux contraintes de structure, d'étanchéité et de confort. Par ailleurs, il doit organiser et sécuriser son intervention et veiller au tri et à l'évacuation des déchets.

Les ouvrages de métallerie sont présents en serrurerie, construction ou menuiserie métalliques, agencement, ferronnerie (serrures, blindage, balcons, rampes, escaliers, vérandas…).

En atelier, le métallier assure la fabrication d'un ouvrage ou d'une de ses parties. Il analyse les dessins et la gamme de fabrication, choisit les moyens à mettre en œuvre, positionne la matière première, installe les outils, conduit l'usinage, réalise le montage-assemblage… Sur chantier, il participe à la pose de l'ouvrage.

Sa formation lui permet d'intervenir sur des produits de formes différentes (plats, profilés…) et des matériaux aussi divers que l'acier, les alliages d'aluminium ou de cuivre.

Le titulaire de ce diplôme est un ouvrier professionnel du bâtiment. Il exerce dans une entreprise de construction ou de réhabilitation.

Après avoir préparé le support, il peut soit appliquer une peinture ou un produit décoratif, soit poser du papier peint ou un revêtement mural. Il pose également des revêtements de sol. Il peut réaliser des revêtements intérieurs ou extérieurs (façades, terrasses).

Ses connaissances en maçonnerie lui permettent de préparer les supports nécessaires à ces travaux. Ses connaissances artistiques et les nouvelles utilisations des revêtements lui offrent une liberté d'expression de plus en plus grande et élargissent ses possibilités de création.

Le carreleur mosaïste réalise le revêtement des sols et des murs aussi bien à l'intérieur (cuisines, salles de bains…) qu'à l'extérieur (façades, terrasses…). Il peut travailler dans une entreprise spécialisée en revêtement ou dans une entreprise de maçonnerie, de plâtrerie ou de peinture.

Hormis la préparation (découpe des carreaux) et la pose de carrelage, il effectue des petits travaux de maçonnerie pour la préparation du support sur lequel sera posé le revêtement : pose d'une chape pour éviter les infiltrations d'eau, construction d'un mur. Pour finir, il vérifie l'alignement, le niveau, la qualité des coupes et l'esthétisme général de son travail.

Le titulaire de ce diplôme exerce des activités de maçonnerie dans une entreprise de bâtiment, et principalement dans le domaine du gros œuvre.

Il réalise des éléments d'ouvrage à partir de blocs de béton, briques, poutrelles… réunis par des matériaux de liaison (ciment). Pour des ouvrages en béton armé, il réalise des coffrages en bois, des châssis d'armatures, procède au gâchage manuel ou mécanique, au roulage du béton. Il effectue aussi des enduits divers, plus particulièrement au mortier de ciment. Il maîtrise le maniement des outils à main (truelle, fil à plomb, martelet, niveau à bulle, équerre…) et des outils mécaniques (bétonnière, élévateur, vibrateur électrique ou pneumatique…).

Pas de commentaire